Ce que cachait Archie Ferber, Casey B. Dolan

Après ma grosse déception avec Raphaël, je me suis attaquée à ce roman policier, que j'ai reçu grâce à l'opération masse critique, de Babelio. Un roman que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire, malgré ses petits défauts. 

La psychiatre Felicity Sloane est chargée de réaliser une analyse de la personnalité d'Archie Ferber. Texan fortuné, il est accusé d'avoir tué une jeune femme en Afrique du Sud, mère porteuse illégale du bébé qu'il a "acheté" avec son compagnon Matthew Brink. Le Dr Sloane va devoir exposer ses conclusions devant le tribunal chargé de l'affaire. Affaire qui, très vite, va virer à l'obsession pour la jeune femme, la conduisant à mener sa propre enquête, entre l'Afrique du Sud et l'Amérique profonde, afin de lever le voile sur le passé d'Archie, et surtout de découvrir ce qu'il est advenu de ce bébé, la petite Hannah. 

Retourner à la mer, Raphaël Haroche

Ça y est, je l'ai lu, le livre de Raphaël. Je m'en réjouissais, d'autant plus qu'il s'agissait de nouvelles. Une forme que j'affectionne, des textes qui s'annonçaient prometteurs d'après ce que je connaissais du chanteur... J'ai peut-être un petit côté midinette finalement, qui me fait craquer pour ce regard bleu azur mélancolique, ses mèches folles qu'on a envie d'ébouriffer, ce petit côté torturé-à fleur de peau, cette voix lasse et sensuelle, enfin je m'égare un peu. Pourtant, malgré mon inclination assez évidente à être séduite sans grand effort par la plume de l'artiste, la magie n'a pas pris. 

Il plane sur ces nouvelles une ambiance désabusée, désespérée. Des fracassés de la vie, des "héros du quotidien", des écorchés vifs, des paumés... L'alcoolisme, le suicide, la mort, la vieillesse, les relations parents-enfants, tout un programme ! En fait, du vu et revu, mais en moins bien... A tort ou à raison,en lisant ce recueil, j'ai plusieurs fois pensé à Olivier Adam ; tiens, tiens, d'ailleurs.. même regard bleu azur, même cheveux fous, et même lassitude de ma part en le lisant...

Profession du père, Sorj Chalandon

Alerte gros coup de cœur pour ce livre !

Premier livre de l'auteur que je lis, je dois dire que je n'avais jamais pris la peine de me pencher sur son travail, persuadée que ce n'était pas trop mon truc. Je suis récemment tombée sur un article de blog qui m'a fait franchir le pas et encore une fois, je ne regrette pas d'être sortie de mes petites habitudes.

J'ai trouvé dans ce roman une écriture poignante et sincère, qui laisse toute sa place à l'émotion, et qui parvient à nous faire rire et frémir, en nous racontant le calvaire d'Émile, qui a grandi entre un père violent, mythomane et paranoïaque et une mère en plein déni. Ce père tour à tour agent secret, espion, chanteur, prof de judo, que le jeune Émile ne peut s'empêcher d'admirer au-delà de l'effroi qu'il lui inspire. 

Frappe-toi le cœur, Amélie Nothomb

Couverture de Frappe-toi le cœur, d'Amélie Nothomb
J'ai eu cette année l'occasion d'assister à un débat avec Amélie Nothomb lors de la manifestation "Morges sur les quais". J'ai eu vraiment beaucoup de plaisir à l'écouter parler de "Frappe-toi le coeur" (que je n'avais pas encore lu), de sa façon d'aborder l'écriture et la littérature. Quelle femme pétillante, pleine d'autodérision, d'humour et de répondant, avec cette pointe de folie qui imprègne chacun de ses livres.

Je boudais ses romans depuis quelques années, un peu lassée par son style, par ce qui me semblait être une "recette Nothomb" toute prête à être ressortie à chaque rentrée littéraire. Riquet à la houppe, opus de l'an passé, m'a laissé le souvenir d'une lecture facile et agréable (comme la plupart de ses romans, d'ailleurs), sans pour autant marquer mon esprit dans la durée. Je suis d'ailleurs bien incapable de vous dire, là, à froid, de quoi il parlait... 

Le maître des illusions, Donna Tartt

En voilà un gros pavé qui était sur ma liste depuis très très longtemps. Je ne sais pas pourquoi, il me faisait un peu peur... J'en avais tellement entendu parler, des gens qui ont adoré, des gens qui n'en sont pas arrivés au bout. J'ai profité de mes deux semaines de vacances et des longs trajets en voiture (oui je peux lire en voiture sans être malade :)) pour m'y atteler.

Dans une université du Vermont, une poignée d'étudiants  brillants, férus de lettres et de culture classiques, forment un groupe fermé et élitiste. Réunis autour de leur professeur de grec aux méthodes peu conventionnelles, ils attisent les ragots et la curiosité des autres étudiants, dont Richard, le narrateur, fraîchement débarqué de sa Californie natale. Il parvient à intégrer le club et nous offre son regard de néophyte sur les mœurs étranges de ses camarades, teintées de luxe, d'excès et d'arrogance intellectuelle, faisant peu à peu la lumière sur ce qui les a conduit à commettre l'irréparable.